Au ver à soie : Leader mondial du fil de soie



 

Conseils


1 Nettoyage

Le nettoyage à sec est recommandé.

Procédure pour le lavage de la soie :

  1. Avant le lavage s'assurer de la solidité de la teinture. Plonger un petit morceau de soie dans de l'eau froide ou tiède. Prendre un morceau de tissu de coton blanc et le placer sur la soie. Ensuite presser avec un fer chaud. S'il y a un léger transfert de couleur sur le tissu blanc autre qu'une faible marque, ne pas laver l'article.
  2. Ne jamais faire tremper la soie, ne jamais la faire bouillir ou la passer à l'eau de javel.
  3. Ne jamais essayer d'enlever les taches vous-même. Les fils de soie (Les coloris pastel seulement) peuvent être lavés à la main dans de l'eau à 35° C maximum en utilisant un produit doux par exemple du savon en paillettes ou un détergent approprié. Bien rincer plusieurs fois en utilisant à chaque fois de l'eau chaude à température modérée.
  4. Rouler l'article dans une serviette propre pour en enlever le surplus d'eau. Ne jamais le laisser dans la serviette ou dans des conditions d'humidité. Le faire sécher, si nécessaire, dans un endroit aéré loin du soleil et de toute sorte de chaleur trop agressive jusqu'à ce qu'il soit légèrement et uniformément humide.
  5. Repasser alors la soie sur l'envers avec un fer à température modérée sans exercer trop de pression sur les coutures. N'utilisez pas de fer à vapeur et ne remouillez pas ici ou là. Terminez par un léger repassage à l'endroit.

N.B.: Soyez très vigilant avec les coloris sombres (Marine foncé, marron foncé, rouge, vert ou violet très lumineux...) Ils sont obtenus par adjonction de matières colorantes et malgré le pouvoir d'absorption de la soie, ils ne peuvent être garantis "grand teint".
Le groupe internationnal pour l'étiquetage de la soie définit le symbole du lavage à la main comme devant être equivalent à une température de 30 à 40°C. En considération du caractère délicat de la soie, la commission de technologie et de recherche de l'Association international de la soie à Lyon spécifie que la température ne doit pas être supérieure à 35°C.

Conseils pour le nettoyage des tapisseries

  • Acheter de l'essence F que l'on trouve chez les droguistes ou dans les supermarchés.
  • Faire un tampon avec un tissu de coton blanc
  • Imbiber celui-ci avec l'essence F
  • Nettoyer en rond en partant d'une couture à l'autre
  • Quand votre tampon est gris, le remettre dans un récipient (bassine par exemple). La poussière tombe au fond et il est possible de réutiliser le tampon.
  • Le travail terminé, il est possible de filtrer l'essence pour la réutiliser. 

 

Attention ! Ne jamais utiliser cette essence à proximité d'une source de chaleur et bien sûr, ne pas fumer.

 

 Haut de page

2 Restauration

Opération destinée à rendre aux textiles leur aspect d'origine en les renforçant et en les stabilisant de manière à les conserver. Ce sont les suédois qui prirent au XXème siècle l'initiative de traiter scientifiquement les textiles en fondant en 1908 l'association Pieras dont le but était de restaurer et conserver les tissus anciens. On identifie au microscope les fibres textiles abîmées en observant leur longueur et leur coupe, puis on procède, le cas échéant à l'analyse chimique des colorants et de leurs produits de fixation.
Certaines étoffes font l'objet d'examen aux rayons X. Dans un premier temps on procède à une série d'examen visant à déterminer la matière première, les techniques de fabrication, de teinture, d'ornementation, la nature des tâches et l'état de conservation.

 Haut de page

Le nettoyage :

Avant toute chose, il faut nettoyer le tissu. On commence par un dépoussièrage. La solidité des couleurs est ensuite testée pour savoir si elles sont en mesure de supporter ou non un lavage ou un nettoyage chimique. Ils sont toujours lavés dans l'eau distillée ou déminéralisée additionnée d'un produit détergent convenant à ces fibres. Le séchage a lieu sur un filet tendu sur un cadre ou soigneusement posé à plat.

 Haut de page

Restauration d'une tapisserie

  • Avant nettoyage pratiquer des essais de tenue des fibres et des colorants.
  • Trempage et prélavage.
  • Lavage au savon de type syntéronic.
  • Quatre rinçages successifs
  • Séchage à plat à une température de 30°

Le nettoyage permet une réhydratation des fibres.
Une fois la pièce installée sur métier, procéder au re-chaînage des chaînes rompues pour donner une résistance optimale. Le repiquage consiste à enrubanner à l'aide de fils en laine ou en soie en effectuant ainsi un point de tissage que l'on repique ensuite dans un support : une pièce de toile fine de coton cousue sur l'envers de la tapisserie et teinte de la couleur environnante. Il est retenu un écartement de points d'environ 2 à 3 mm. qui reconstitue partiellement la trame assimilable d'une certaine manière à la couche picturale en peinture.
Le repiquage correspond à un mode de réintégration textile et, sur le plan esthétique, de par l'espacement des points, produit une intensité de coloration moindre. Il est parfaitement visible à un mètre mais avec un recul plus important, il restitue à la tapisserie son intégrité d'œuvre d'art respectant totalement la matière textile ancienne.
Le doublage d'une tapisserie se fait avec une toile de lin décatie. Toile non cousue dans le bas afin d'éviter le phénomène de pochage (en raison des variations hygrométriques.)

 Haut de page

Reconnaissance du fil " métal "

Les soies du Proche Orient sont reconnaissables au métal des fils qui a tendance à se défaire de la mèche de soie. Il en résulte des zones de soie blanche ou jaune, là où, auparavant, se trouvaient des fils d'or ou d'argent. Par contre, le fil métal européen dont l'alliage contenait d'avantage de cuivre se brisait en même temps que le fil de soie. Les soies mongoles, comme les soies chinoises utilisent la technique de la peau et du parchemin dorés.

 Haut de page

3 Conservation

Les textiles très détériorés ou fragmentaires sont stabilisés par adjonction sur l'envers d'un tissus de soutien ayant une structure et une qualité comparables. On procède à cette couture avec des aiguilles et des fils très fins. La lumière du jour et la lumière artificielle sont les pires ennemies des étoffes dont les fibres sont détruites par les rayons ultraviolets. Les brusques écarts de température sont néfastes. La température ambiante idéale est de 16 à 18°C et une hygrométrie de 50 à 55%. Les textiles ne doivent jamais être rangés dans du plastique, les envelopper dans du papier de soie non acide.

 Haut de page

Les tapisseries :

La technique de la tapisserie implique la formation de relais à chaque changement de couleur. Lorsqu'ils dépassent cinq millimètres, les fils employés pour cette rentraiture sont en soie : un cordonnet de coloris adéquat. Les ruptures de trame sont restaurées de la manière suivante : un tissus de support en coton ou en lin de bonne qualité et de couleur neutre placée derrière. Depuis l'endroit, on coud chaque fil de la chaîne sur le tissus de support en s'efforçant de le placer parallèlement aux autres. Là où il n'y a ni chaîne ni trame, on fixe sur l'envers un morceau de reps de structure équivalente à la tapisserie. La teinte de ce reps doit correspondre aux coloris de la partie concernée. Elle est cousue de manière à ce que le sens des fils du reps et de ceux de la tapisserie corresponde. La restauration la plus belle est celle où l'on place d'abord les fils de chaînes manquants puis en recréant les motifs avec des fils de laine et de soie. Ce genre de restauration exige beaucoup d'habileté des ouvriers qui doivent en utilisant des fils de qualité aux coloris aussi proches que possible de la tapisserie originale.

 Haut de page

La broderie :

La restauration d'une broderie demande tout d'abord un long travail d'investigation visant à déterminer la nature des points utilisés. Il faut ensuite analyser le support, fils et coloris pour trouver des équivalents satisfaisants. Si la broderie a un trou, on double l'ouvrage d'un support de soie teinte pour le stabiliser. Les bords effilochés sont fixés sur l'étoffe de soutien par des couchures réalisées avec des fils extrêmement fins.

 Haut de page

Une bannière ou un étendard

Lorsque le textile de soie est trop détérioré et fragmentaire pour permettre sa fixation sur un support on peut décider de le laminer. Cette méthode expérimentée aux Pays-Bas consiste à encoller un tissus de soie transparent pour y poser ou incruster ensuite les morceaux conservés. Cette soie d'une finesse extrême a pour fonction de maintenir les fibres. Dans une première phase les deux faces sont séparées. Les reprises grossières sont ôtées et les différentes adjonctions décousues à plat et lavées. Chaque partie est recouverte d'une crêpeline (gaze de pure soie); La crêpeline est enduite d'une solution de 20% d'EP1, acétate de polyvinyle, puis collée d'abord ponctuellement sur les morceaux à l'aide d'une spatule à chaud réglée par thermostat avant d'être entièrement collée sur une table à basse pression à chaud sous vide. Pour finir, on coud les morceaux ensemble de chaque côté d'une doublure intérieure de soie de même couleur dissimulant les trous.

 Haut de page

Les tapis

La première opération est celle du nettoyage pour raviver les couleurs et renforcer les contours des motifs. La restauration consiste à coudre de manière invisible les franges endommagées qui en s'effilochant entraîneraient des dégâts graves sur les bordures. Pour une usure plus importante, il faut ôter les brins abîmés, puis reconstituer le tissage à l'aiguille dans les parties usées en y glissant des fils dans le sens de la chaîne et de la trame. On effectue enfin de nouveaux nœuds pour reformer le velours.

 Haut de page
Au ver à soie : coordonnées         T > +33 (1) 42 33 52 92         F > +33 (1) 42 33 14 44         M > INFO@AUVERASOIE.FR         [ FRANÇAIS ] [ ENGLISH ]